Hors les murs

LIBRES

JHAFIS QUINTERO, STEFAN BANZ, CHRISTIAN GONZENBACH

L’exposition « libres » au CACY présente une sélection d’une vingtaine d’artistes dont Jhafis Quintero - avec 10 vidéos -, Christian Gonzenbach et Stefan Banz, dont l’installation se prolonge ici comme au Musée du fer et du chemin de fer à Vallorbe. Dans un environnement rose, évoquant le P-618 - découvert en 1979 aux Etats-Unis par le Dr. Alexander G. Schauss, qui aurait des effets tranquillisants, et qui est utilisé dans certains centres de détention - les récents dessins de l’artiste d’origine panaméenne racontent par la force d’une ligne claire l’expérience physique et psychique de celui qui est passé par la prison dans ses jeunes années avant de devenir artiste. Pour Quintero, l’art et le crime ne sont pas si différents l’un de l’autre: « Pour avoir appartenu aux deux disciplines, je crois que l’art et la criminalité sont deux frères jumeaux qui partagent la nécessité de transgresser. J’ai connu beaucoup de criminels qui pourraient être de grands artistes et des artistes qui feraient d’excellents criminels. J’aime l’art parce que je peux être moi-même, sans préjudice à autrui. » En protagoniste principal de ses performances comme de ses dessins, Jhafis Quintero soulève de manière universelle la question de nos enfermements, quels qu’ils soient. Le nom de Sarah Kofman (1934-1994) domine l’accrochage avec le titre de son livre Le Respect des femmes paru en 1982. Il fait partie de la liste des 84 noms de personnalités ayant subi une condamnation ou un emprisonnement, que Stefan Banz a réuni dans la prison de Kriens-Lucerne en 1998. Au centre de la salle trône un palmier évoquant le travail en cours de Christian Gonzenbach pour la prison de Neuchâtel.

Adresse
Théâtre de la Tournelle
Rue de la Tournelle 2
CH- 1350 Orbe
http://www.tournelle.ch/
Horaires
Heures d'ouverture du théâtre
Dates
Du 24 novembre 2019 au 19 janvier 2020
Vernissage le 24 novembre 2019, dès 16h

LIBRES

Abdul Rahman Katani, Pavlos Nikolakopoulos,
STEFAN BANZ

Quand on naît dans le camp palestinien de Sabra, à Beyrouth, la vie n'est pas pavée de roses mais de fils barbelés. Sans surprise, ils forment le matériau privilégié d'Abdul Rahman Katani dont les oeuvres dominent l’accrochage du Musée du fer et du chemin de fer. Tout comme Pavlos Nikolakopoulos et Stefan Banz également présents à Vallorbe, il fait partie de l'exposition « libres » au CACY, qui trouve des extensions ici comme à la Tournelle, ancienne prison d’Orbe. Ses matériaux, il les puise dans son environnement immédiat. Pas de peinture, impossible à trouver dans les camps, mais des bidons, fils barbelés et toiles ondulées dans lesquelles il découpe au chalumeau silhouettes enfantines et scènes de jeu poétiques ou cruelles. « Le fil barbelé, c'est l'enfermement, la frontière qu'on n'ose franchir. Les enfants eux ne sont pas paralysés, ils sont plus libres que moi, capables de se créer une autre réalité. Ils peuvent imaginer qu'ils sont dans un stade énorme même s'ils font du foot avec un sac poubelle ou qu'ils jouent à la corde avec un fil électrique », explique-t-il. A Vallorbe, la force monumentale de son travail se déploie avec une tornade de fils barbelés, non loin d’une guillotine de Nikolakopoulos et du nom de Caravaggio appliqué par Stefan Banz, l’un des 84 noms de personnalités ayant subi une condamnation ou un emprisonnement et listés en couleurs par l’artiste lucernois dans la prison de Kriens en 1998.

Adresse
Musée du fer et du chemin de fer
Rue des Granges-Forges 11
CH- 1337 Vallorbe
http://www.museedufer.ch/
Horaires
Du mardi au vendredi 10h-12h et 14h-18h
Samedi fermé
Dimanche 14h-17h
Lundi fermé
Dates
Du 24 novembre 2019 au 9 février 2020
Vernissage le 24 novembre 2019, 14h
Nous suivre sur les réseaux sociaux  
Ville d'Yverdon-les-Bains
   
   
2013 - d&DA: so2design.ch